Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petain.JPG
"L'expression identité nationale, en France, a été mise en circulation, pas par la droite, mais par l'extrême gauche".
Est-ce à dire que
le vieux Maréchal était un (dangereux) gauchiste qui s'ignorait ?
L'historien Gérard Noiriel, membre démissionnaire
de la Cité nationale de l’immigration suite à la création du Ministère de l’identité nationale, explique, dans une conférence éclairante, les renversements du discours - opérés de la gauche vers la droite - relatifs à cette identité. Comme dans son livre Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIX-XX siècle) - discours publics, humiliations privées, il revient sur l'histoire de cette notion identitaire, de sa représentation dans l'imaginaire collectif et de son utilisation politique. Comme je le suggérais ici à propos d'un livre de Benjamin Stora, les images véhiculées en France autour de l'Etranger en général, et de l'Arabe en particulier, ne datent pas d'hier.
Parmi d'autres considérations passionnantes, Gérard Noiriel évoque l'une des caractéristiques de l'immigration en France : sa mise en place et son développement
dès le XIXème siècle - alors que les autres territoires européens sont pour beaucoup encore des terres d'émigration - en réponse au poids politique octroyé aux classes populaires par un droit de vote acquis dès 1848. Confrontées aux mutations du capitalisme, et à la différence de la situation en Grande-Bretagne par exemple, rappelle Gérard Noiriel, la population française pèse donc électoralement en amont de la révolution industrielle. En conséquence, pour recruter de la main d'oeuvre, les responsables capitalistes ont recours au travail des femmes - qui ne votent pas - et à l'usage massif de l'immigration.

Tag(s) : #généralités

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :