Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marie-et-Louis-1.jpgundefined
NB : On notera que les contraintes techniques du blog (que je maîtrise de piteuse façon) m'amènent à placer l'une sous l'autre ces deux pages fonctionnant en double dans l'ouvrage.

Le temps de réalisation effectif de mon livre aura été assez court relativement à la durée nécessaire de documentation et de maturation (soit près de 4 ans et demi). Les pages d'introduction ont été écrites et dessinées durant l'été 2005 puis tout le reste du livre m'a demandé environ 5 mois de travail intensif d'écriture (entre mai et septembre 2007) - qui inclut la partie graphique, dessin et découpage, de la bande dessinée.

Certains lecteurs me demandent comment j'ai choisi tel ou tel "style" de dessin.
La réponse est à la fois très simple et compliquée.
Comme lecteur et comme auteur, la question du "style" en bande dessinée - et les archétypes qu'il véhicule - m'est toujours apparue un peu artificielle : le style est-il réaliste ? franco-belge ? gros nez ou belle pépée ?...
Les chroniqueurs les plus ineptes n'hésitent
d'ailleurs pas à parler généralement de "style bande dessinée"... Le style "architecture" ou "peinture", ça vous dit quelque chose ?!

La cohérence du propos avec son moyen d'expression - et le plaisir et le sens qu'on peut en tirer - m'apparaissent primordiaux. Se poser a priori la question du style me paraît figer cette expressivité de manière laborieuse. Je me permets de vous renvoyer ici à la
précédente citation de Dubuffet.

Dans D'Algérie, mes sources iconographiques ont conditionné en partie ma façon de travailler :
dessin de mémoire ou d'imagination, dessin d'après photo, d'après film ou d'après croquis de photo ou de vidéo... le filtre de la représentation a varié, à l'image du filtre de la mémoire, mémoire historique, mémoire personnelle ou souvenirs des témoins interviewés. Les différents niveaux de questionnement intrinsèques au processus de bande dessinée - tonalité, informations incontournables, lisibilité, fluidité, effort demandé au lecteur, (...) - donnent ensuite - ou parfois simultanément - la forme définitive aux pages.
Un cadre stable et simple permet de faciliter ce travail :  choix du noir et blanc et découpage établi autour des variantes d'un gaufrier prédéfini.
Tag(s) : #work in progress

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :